Vitamina D3

CHF 19.00

La vitamine D est bien connue pour les bienfaits qu’elle peut apporter à la santé de nos os.

6 en stock

La vitamine D est bien connue pour les bienfaits qu’elle peut apporter à la santé de nos os. Cependant, les recherches ont montré qu’il ne s’agit là que d’un des nombreux effets que cette vitamine a dans notre corps et que la carence en cette vitamine est si répandue et liée à divers problèmes de santé. La vitamine D est une vitamine liposoluble, connue sous le nom de “calciférol”, et est présente dans le corps humain sous deux formes : sous forme d’ergocalciférol (vitamine D2) et de cholécalciférol (vitamine D3). La vitamine D2 est présente dans les aliments d’origine végétale et est absorbée par notre alimentation ; la vitamine D3, en revanche, est synthétisée par notre peau lors de l’exposition au soleil, et est présente dans les produits alimentaires d’origine animale. Elle a de nombreuses propriétés, car bien que son nom la définisse comme une vitamine, elle est en fait une “para-hormone” dans la mesure où elle exerce son activité sur les organes et les systèmes, tout comme une hormone. De nombreuses preuves scientifiques suggèrent que la vitamine D joue un rôle fondamental dans la prévention des maladies. Il suffit de penser qu’il y a environ 30 000 gènes dans le corps humain et que la vitamine D se trouve dans près de 3 000 d’entre eux, ainsi que dans les récepteurs de la vitamine D présents dans tout le corps. Elle est surtout essentielle pour notre système squelettique, elle stimule l’absorption du calcium et du phosphore, tout en favorisant leur dépôt ; ce rôle est essentiel pour les enfants tout au long de leur phase de croissance, ainsi que tout au long de la vie d’un adulte, où il est essentiel de maintenir les os forts et physiologiquement sains, ce qui constitue un contraste avec l’ostéoporose. Le plus surprenant est l’évidence scientifique déconcertante qui suggère que 50% de la population est déficiente en vitamine D, c’est-à-dire qu’elle présente une valeur sérique de 25(OH)D inférieure à 30 ng/ml. Il apparaît que près de 100 % des personnes souffrant de maladies ont des carences graves, inférieures même à 20 ng/ml. Pour être encore plus précis, près de 60% des adultes (et même 80% des personnes âgées) présentent une carence en vitamine D, comme le montrent les données alarmantes de la Fondation internationale de l’ostéoporose et de la Société italienne de l’ostéoporose. Les personnes les plus à risque sont : les personnes âgées, dont la peau est moins efficace pour convertir les rayons du soleil en vitamine D ; les personnes en surpoids (puisque la vitamine D est liposoluble) ; et bien évidemment celles qui ont un mode de vie sédentaire et utilisent un écran solaire en été (empêchant la peau de produire de la vitamine D). Les dernières recherches ont révélé un autre fait alarmant : six enfants sur dix souffrent de carences en vitamine D, certaines légères et d’autres beaucoup plus graves. Cette carence est une conséquence évidente du mode de vie de nos enfants, qui passent la plupart de leur temps à l’intérieur. Au lieu d’être à l’extérieur, les enfants passent une grande partie de leur temps devant leur écran d’ordinateur ou à jouer à des jeux vidéo, ce qui ne stimule en rien la production de vitamine D.

Nous avons mentionné la lumière du soleil en corrélation avec la production de vitamine D telle qu’elle est synthétisée par notre corps lorsque notre peau est exposée au soleil. En fait, environ 80% des besoins de notre corps pourraient être synthétisés par notre peau : c’est pourquoi il est si important d’être à l’extérieur, même si de nos jours nous passons la plupart de notre temps à l’école, au bureau, à la maison ou à l’intérieur. Pour produire la quantité de vitamine D dont notre corps a besoin, 15 minutes d’exposition quotidienne suffisent (les phototypes de peau foncée ont besoin de quelques minutes supplémentaires car la peau foncée synthétise moins). En fait, la raison pour laquelle nous avons tendance à être plus souvent malades en hiver est étroitement liée aux faibles niveaux de vitamine D que nous avons en hiver, précisément parce qu’elle est produite en plus grande quantité par l’exposition de notre peau au soleil et que ce que nous absorbons par la nourriture est presque insignifiant ou, en tout cas, ne suffit pas à satisfaire les besoins de notre corps. De plus, ce n’est pas un hasard si le concept de santé et de bonne humeur est associé à l’exposition, car la vitamine D est essentielle pour stimuler la production d’endorphines, de sérotonine et de dopamine, les neurotransmetteurs qui modulent notre humeur, contrant ainsi les phénomènes liés à la dépression. Pour démontrer encore une fois la grande polyvalence de cette vitamine, des études récentes montrent qu’une carence en vitamine D est également liée à un risque accru de crise cardiaque et d’insuffisance cardiaque, et pas seulement cela. De faibles niveaux de vitamine D seraient également associés à une évolution plus défavorable d’une maladie chez les personnes touchées par une crise cardiaque. En général, une carence en vitamine D est associée à un risque accru de développer un diabète ; en fait, la vitamine D est l’un des facteurs qui peuvent contrôler la sécrétion d’insuline, l’hypertension et l’hypercholestérolémie (taux élevé de cholestérol), tous facteurs de risque cardiovasculaire potentiel. Un autre aspect important est celui lié à son action qui module l’activité du système immunitaire. En effet, une carence en vitamine D est associée à une plus grande prédisposition aux infections, telles que la tuberculose – qui, dans la première décennie du siècle dernier, avant l’ère des antibiotiques, était traitée “au soleil” dans des hôpitaux dits “d’héliothérapie” – certaines maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques, les maladies inflammatoires de l’intestin et l’arthrite inflammatoire. La prise de vitamine D a également une certaine influence sur la synthèse de la testostérone chez l’homme, ce qui favorise une plus grande fertilité. Il est également bon pour le cerveau, car il prévient le risque de maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, et améliore les fonctions cognitives, notamment la mémoire et la fluidité verbale, et semble réduire le risque de dépression chez les personnes âgées. Une véritable “vitamine polyvalente”.

Malheureusement, outre le fait de ne pas toujours avoir la possibilité de s’exposer en permanence au soleil tout au long de l’année afin de satisfaire les importants besoins quotidiens de l’organisme, “compenser” par la nourriture ne suffit souvent pas, car il n’existe pas beaucoup d’aliments naturellement riches en vitamine D et ceux-ci ne contribuent à couvrir que 20 % de nos besoins. Les aliments les plus riches en vitamine D sont d’origine animale, comme l’huile de foie de morue (jusqu’à récemment, elle était donnée aux enfants d’âge scolaire pour prévenir le rachitisme), les poissons gras (saumon, thon, morue, maquereau, sardines, hareng, etc.), mais aussi l’espadon, le mérou, les mollusques, la poutargue et le caviar, de préférence en libre parcours ; dans la viande (surtout dans les abats), et bien qu’en moindre quantité, dans le jaune d’œuf, le beurre et le yaourt. À l’exception des champignons, qui en contiennent beaucoup (2,6 microgrammes, soit 104 UI par hectogramme), les légumes manquent de vitamine D : on en trouve cependant des traces négligeables sous forme de D2 dans les légumes à feuilles vertes, les légumineuses, les fruits secs et les graines de tournesol. Enfin, n’oubliez pas que les acides gras monoinsaturés, comme ceux de l’huile d’olive extra vierge, améliorent l’absorption (la vitamine D, comme mentionné au début, est liposoluble). Pour ces raisons, il est aujourd’hui de plus en plus répandu de prendre de la vitamine D sous forme de complément alimentaire, une pratique reléguée jusqu’à il y a peu aux nourrissons, aux enfants, aux femmes pré et post-ménopausées ou aux personnes âgées souffrant d’ostéoporose.

Le complément alimentaire de vitamine D3 produit par Yamamoto® Research peut être utilisé dans tous les cas d’augmentation des besoins ou de diminution de l’apport, avec le régime de vitamine D qui fournit 50 mcg par capsule, soit 2000 UI de cholécalciférol (la forme D3 de la vitamine D).

Poids 0.5 kg

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Vitamina D3”